Femme avant maman,  LifeStyle

J’APPRENDS A AIMER MON COPRS.

Que ce soit après une grossesse, ou simplement l’évolution de la vie, notre corps subit beaucoup de changement. Le plus dur, c’est de l’aimer et de l’accepter tel qu’il est.

Aujourd’hui, je me livre à vous en expliquant mon parcours et surtout les astuces que j’ai utilisé pour apprendre à l’aimer.

EVOLUTION DE MON CORPS AU FIL DES ANNÉES

Je n’ai jamais eu un très bon rapport avec mon corps.

Petite j’ai toujours était très maigre, et ça n’a absolument pas changé avec l’adolescence. Je mesurais 1m75 pour 46kg. J’ai toujours aimée manger mais je n’ai jamais dépassé la barre des 50kg. La prise de poids a toujours été le plus grand combat de ma vie. Mon corps n’était qu’un squelette en relief. Mes côtes, mes omoplates, mes clavicules ou tout autre partie osseuse ce voyait. Et bien-sûr une poitrine inexistante.

Puis et venue le jours où j’ai appris que j’étais enceinte. Mon gynécologue insiste sur le fait que, pendant la grossesse, la prise de poids peut se faire très facilement. Et oui pour la première fois de ma vie j’ai pesé 76kg et vous imaginez bien que prendre du poids aussi vite laisse quelques petits « dommages » sur le corps.

Plus grosse poitrine (qui au passage était un rêve, mais finalement à cause d’eux je ne me reconnaissais plus), vergetures apparentes au niveau des fesses et des « poignées d’amour ». Et bien évidement, après l’accouchement j’ai gardé une petite brioche au niveau du ventre. J’ai essayé de reprendre le sport mais, mon périnée a mis LONGTEMPS (environ 5 mois) avant de ce remettre en forme et que je ne ressente plus aucunes douleurs à chaque effort. Et voilà presque 1 an après mon accouchement, je n’ai pas repris un sport régulier (exceptés les travaux dans notre nouvelle maison).

Comme on le dis si bien avec Super-Papa : « Avant de plaire aux autres, il faut ce plaire à soi-même » sauf que là j’étais arrivé à un stade ou me regarder nue devant le miroir, me dégoutais. Il me fallait trouver une solution, du coup au lieu de vouloir changer ce qui était des « défauts » à mes yeux, je devais tout simplement les ACCEPTER.

ASTUCES N°1 : ETRE 100% NATUREL.

J’ai toujours été une fan du maquillage a tel point que lorsque je me démaquillais, je me trouvais horrible et j’avais hâte d’être le lendemain pour me tartiner la face. Et puis, au début de ma relation avec Super-Papa, j’ai commencé par arrêter le fond de teint (qui au passage, a fait un bien fou à ma peau). Mais c’est pendant mes nouvelles résolutions que j’ai stoppée net le maquillage (et vernis) pendant plusieurs mois. J’ai tout arrêtée pour re-découvrir ma peau, mes petites imperfections (rides d’expressions etc) et le plus important : MES QUALITEES. Bien-sûr ça ma pris beaucoup de temps pour trouver tout ce que j’aimais sur mon visage.

J’ai aussi arrêtée de m’épiler pendant quelques semaines pour découvrir si je le faisais pour moi (parce-que je n’aimais pas ma pilosités) ou simplement parce-que c’était à cause de la société dans laquelle on vit qui nous montre l’image de la femme parfaite sans poils. Résultat? Et bien aujourd’hui, je ne fait plus une fixation sur eux. Que ce soit les sourcils, les esselles, les jambes où même les parties intimes : JE M’EN FOUS. Je ne me suis plus épilé les sourcils depuis que j’ai commencé, et pour le reste c’est seulement quand j’en ai envie.

ASTUCES N°2 : STOP AU SOUTIF !

Je pense que l’on connais toute l’effet du « Oh j’ai des beaux seins ! » et une fois retirer le soutif  » Ah .. Ouais ben non enfaite ». Comme je le disais plus haut, je n’ai jamais eu de poitrine (70A). Je mettais des soutiens-gorges Push-Up qui compressait mes seins, et une fois retiré, ils ressemblaient à … Rien !

Et puis j’ai commencé à entendre tous les effets négatifs du port du soutien-gorge – surtout quand on en a pas besoin. Pendant ma grossesse déjà, je ne supportais plus aucuns soutifs. J’en mettais de moins en moins jusqu’au 4éme mois où je n’en ai plus mis jusqu’à la fin. Au début de mon allaitement, j’ai du en remettre juste le temps que tout ce lance et que je me ballade, jours et nuits, avec mes coupelles recueille-lait (et oui, j’avais l’impression d’avoir l’armature de Xena la guerrière).

Un jour, je me suis renseignée sur le « NO BRA » et après avoir passé le cap, je peux vous expliquez les bienfaits que je ressent sur ma poitrine. En effet, aujourd’hui : J’AIME MES SEINS ! NON, ils ne ressemblent pas a des gants de toilettes, et OUI je trouve qu’ils se raffermissent de plus en plus. Et pour finir, je ne me sent plus compressée toute la journée.

Si le sujet vous intéresse, je vous conseil d’aller regarder la vidéo de A.I.M. (dispo ici) et si un article sur mon expérience au complet du NO BRA vous intéresse n’hésitez pas a me le dire dans les commentaires !

ASTUCES N°3 : AFFRONTEMENT FACE AU MIRROIR.

C’est le travail qui a été le plus dur pour moi. J’étais arriver à un stade ou je ne supportais pas de me regarder plus de 3 secondes dans le miroir. Mon reflet me dégoûtait, et il n’y pas une seule fois où je ne finissais pas en pleure.

Et puis, j’ai d’abord commencé par me forcer à rester nue face à lui pendant deux minutes. Les premiers jours il ne ce passait pas un seul instant où je ne me critiquait pas. Et puis au fur et à mesure, des que je sentais que je me trouvais un défaut, j’arrêtais instantanément. Au lieu de ça, je me faisais un compliment et/ou je réalisais l’astuce n°4.

ASTUCES N°4 : DETOURNER LE DEFAULT EN COMPLIMENT.

Trouvez une force à votre faiblesse, un avantage à votre défaut.

Par exemple,

  • Je n’aime pas mes vergetures = Ce sont les marques de mon changement de vie. Du passage de mon corps d’Ado à mon corps de Femme !
  • La grossesse (et les raclettes !) ma laissée un petit ventre = C’est le résultat d’avoir porté et mis au monde notre Princesse !
  • J’ai des « poignets d’amour » et des grosses cuisses = Aujourd’hui j’ai des courbes de femme, et je suis sexy ! Je ne ressemble plus au squelette au fond de la salle de S.V.T.

Ce sont des paroles qui, pour moi, on changée ma vision des choses.

Alors oui, il y a des jours ou je ne vais pas me trouver jolie (ou sexy). Il y a des jours ou je préférais me cacher derrière un sweat large à capuche pour qu’on ne me regarde pas. Mais petit à petit, je reprend confiance en moi et en mon corps.

J’espère que ces astuces vous serons utiles. N’oubliez pas que, quoi qu’il arrive, nous sommes tous beaux et belles !

Bisous, Bisous,

MamAuNaturel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *